Saut de Sabo

Dernier barrage naturel du Tarn avant la mer, Saut de Sabo est tout un symbole pour la région… En 1990, EDF a tenu à optimiser la production d’électricité à travers les différentes petites centrales hydrauliques par la réalisation d’une usine unique et plus performante.

L’aménagement spécifique du canal de fuite de la nouvelle usine a permis de préserver la pratique du canoë-kayak tout en respectant les contraintes hydrauliques liées à la production d’énergie. De part la situation urbaine et l’intérêt touristique certain pour les communes riveraines, le Syndicat Intercommunal de la Vallée du Tarn fut le maître d’ouvrage du stade d’eau vive.

Le parcours d’eau vive de Saut de Sabo, placé dans une gorge escarpée du Tarn était, avant aménagement, essentiellement réservé à l’élite du Canoë Kayak ! Après études, le canal de fuite en aval de la nouvelle usine fut ingénieusement reprofilé afin d’obtenir un aménagement de rivière sinueux en tenant compte du site. Il permet désormais une utilisation du stade d’eau vive de Saut de Sabo par des débits variants de 8 m³/s pour les débutants à 70 m³/s pour les compétiteurs.

 

Saut de Sabo
Saut de Sabo

 

Saut de Sabo
Saut de Sabo
 

Caractéristiques du stade d’eau vive de Saut de Sabo

Alimentation en eauGravitaire
Débit d’utilisationde 8 à 70 m³/s
Longueur600 m
Largeurde 25 à 35 m
Dénivelée2 m
Difficulté de navigationII à V
  • Coût de l’aménagement : 305 000 euros environ
  • Maître d’ouvrage : Syndicat Intercommunal de la vallée du Tarn
  • Prestation EDF : Etude des écoulements pour le canoë kayak, Avant Projet Sommaire, Dossier de Consultation des Entreprises, Contrôle des travaux
  • Date de mise en service : Avril 1990
  • Principales manifestations : Course Elite Internationale en 1990, Trophée de France en 1991 et Sélection Régionale en 1992
© 2017 Hydrostadium